logo infodyslexie

L'oralisation dans l'apprentissage de la lecture

Lors de l'apprentissage initial de la lecture, le jeune apprenant découvre la correspondance entre les lettres et les phonèmes par un processus appelé "oralisation", puis entre les phonèmes et les mots.

Comment la majorité des enfants utilisent l'oralisation pour comprendre

Oralisation : point de passage obligatoire pour les enfants en phase d'apprentissage de la lecture. Excepté pour certains enfants qui sont de forts penseurs en image et ont des difficultés pour associer les lettres en sons et en mots, et deviennent donc dyslexiques.

En prononçant les mots ainsi décodés, il peut en écouter le son, et ré-emprunter le canal de décodage auditif qu'il maîtrise déjà depuis plusieurs années pour les mots qu'il a appris à reconnaître dans la langue parlée.

En effet, une fois le mot reconnu par le cortex visuel du cerveau, les mêmes circuits sont activés que lors de l'écoute d'une phrase prononcée par un tiers. Ce qui montre la réutilisation du circuit auditif existant. En fait, le cerveau n'a fait qu'ajouter la partie décodage des mots écrits en mots parlés.

Ce processus d'oralisation se transforme petit à petit en murmure, puis en mouvement des lèvres sans bruit, et enfin en lecture avec sub-vocalisation. Des appareils de mesure permettent même de mettre en évidence une activation très légère des muscles du larynx.

Enfin, il a été démontré que, pour bon nombre de lecteurs, la sub-vocalisation, héritée de l'oralisation, est un facteur important pour comprendre et mémoriser les textes. Si vous avez déjà passé des examens après de bonnes révisions, si vous chantez ou faîtes du théâtre, si vous présentez des sujets à du public, vous le savez bien.

 

La suite : l'appentissage phonologique.
retour au plan "voie phonologique"



Commentaires

Aucun commentaire pour l'instant, soyez le premier à en écrire un...
Il faut être connecté pour pouvoir poster un commentaire.