logo infodyslexie

Apprendre, plaisir ou corvée ?

 
 

La lettre infodyslexie

Apprendre, un plaisir ou une corvée ?

Les très jeunes enfants sont avides de tout ce qu'ils peuvent apprendre. Mais parfois, cette soif de connaissances se tarit, l'enfant se détourne de la nouveauté et devient résistant à tout nouvel apprentissage.

 

Comment un enfant peut-il passer d'une soif extrême d'apprendre à une attitude de refus ou même de dégoût ? Les facteurs sont bien entendu nombreux, en voici trois qui me semblent parmi les plus essentiels.

 

La capacité d'apprendre

Certains prétendent que "apprendre n'est pas donné à tout le monde".

 

la capacité d'apprendre est une composante essentielle du plaisir de découvrir

Les outils pour apprendre sont indispensables pour conserver le plaisir de découvrir.

Je suis persuadé que c'est faux, au moins pour les apprentissages de base tels que lire, écrire et compter. Par contre, chaque enfant trouve plus ou moins aléatoirement sa propre méthode, sa propre manière d'apprendre.

Quand cette méthode se révèle efficace dans un domaine, celui-ci devient son point fort et l'on dira de lui ou d'elle que "c'est une matheuse" ou "c'est un littéraire".

Mais quand la méthode découverte par les fruits du hasard n'est pas adaptée, alors c'est l'échec. La démotivation s'installe et le discours se change en "il n'est pas doué pour le calcul" ou "elle est maladroite".

 

Trop peu de gens se demandent comment fait l'enfant pour apprendre, quelle stratégie il emploie, ce qui se passe dans sa tête quand il apprend à lire ou à compter.

Corriger un enfant qui tient mal son stylo ou qui enfile mal son blouson est encore facile. Nous pouvons voir ce qu'il fait et lui montrer comment faire autrement. Mais ce n'est pas aussi facile avec les apprentissages de la lecture ou des mathématiques parce que tout se passe dans la tête.

 

De nombreux pédagogues, chercheurs et autres passionnés ont trouvé des stratégies d'apprentissage qui fonctionnent très bien. Parce que pour apprendre, il faut apprendre à apprendre.

 

Ron Davis, quand à lui, a découvert certains mécanismes de la dyslexie et a créé les outils nécessaires pour qu'un enfant doué de certaines capacités d'imagination puisse apprendre facilement. C'est la méthode Davis®.

 

La volonté d'apprendre

Apprendre, c'est bien, mais quoi et pour quelle raison ?

Apprendre nécessite également d'avoir envie, d'y trouver un intérêt.

Apprendre nécessite également d'avoir envie, d'y trouver un intérêt.

Chercher à enseigner à un enfant (ou un adulte...) des compétences dont il n'a pas besoin, c'est courir droit à l'échec et créer une situation potentiellement anxiogène ou explosive.

 

Bien sûr, les adultes, qu'ils soient parents, grands-parents, enseignants ou amis, connaissent très bien la raison pour laquelle un enfant devrait apprendre à lire et compter. Mais l'enfant le sait-il ? En a-t-il conscience ?

 

J'ai souvent constaté dans ma pratique de facilitant Davis® qu'expliquer à un enfant la raison pour laquelle faire un apprentissage permet parfois de débloquer son envie d'apprendre, ou au minimum d'accepter de faire un effort. Quand un enfant sait ce qu'il peut attendre de la lecture, son apprentissage devient généralement plus facile. Et le contraire est tout aussi vrai...

 

D'un autre côté, la volonté peut certes être forcée par la contrainte ("tu dois apprendre sinon tu seras privé de tablette"). Mais de nombreux parents qui ont tenté la force ont expérimenté de gros revers, généralement à l'adolescence.

En fait, il est bien plus efficace et satisfaisant d'alimenter et nourrir la volonté de l'enfant par la curiosité, et en premier lieu celle des parents lorsqu'ils font une activité avec leur enfant.

 

L'occasion d'apprendre

Pour apprendre et y prendre plaisir, il faut saisir l'occasion et prendre le temps.

Prendre le temps d'apprendre.

Savoir apprendre et en avoir la volonté ne suffit pas. Encore faut-il se donner l'occasion et créer des situations d'apprentissage. De nombreux actes du quotidien nous fournissent des opportunités d'apprendre.

 

Pour faire des crêpes, il faut lire la recette, faire des calculs (si l'on veut doubler la recette), voire même écrire si l'enfant veut se faire son propre livre de cuisine. Et on peut même profiter du résultat !

 

Pour tout cela, il faut prendre le temps de faire et refaire encore et encore.

Nous sommes humains. Nous ne pouvons pas, comme notre téléphone ou notre ordinateur cliquer sur un lien pour télécharger un nouvel apprentissage. Nous devons passer par l'expérimentation, la répétition et les corrections d'erreur pour finir par maîtriser un savoir-faire.

 

Le livre du soir peut être une occasion pour demander à son jeune enfant s'il reconnaît certains mots. Sans stress, sans contrainte ni obligation de résultat. Beaucoup d'enfants aiment ce jeu et petit à petit, il est possible que l'enfant découvre un beau jour qu'il sait lire ses livres préférés. Quelle belle expérience pour alimenter sa motivation !

 

En résumé

Favoriser le plaisir d'apprendre...

Favoriser le plaisir d'apprendre...

C'est une banalité que de dire qu'un enfant est naturellement capable d'extraordinaires apprentissages. En cas de difficultés, j'espère que ces quelques pistes pourront vous aider à dépasser les problèmes et à redonner à l'enfant la soif d'apprendre qui est naturellement la sienne.

Ces réflexions sont largement inspirées des travaux de Ron Davis sur la motivation et la responsabilité, deux piliers qui soutiennent la soif d'apprendre. Les facilitant(e)s Davis® les connaissent bien...

 

 

S'informer et informer 

Vous connaissez des personnes que ces lettres d'information pourraient intéresser ? Invitez-les à nous rejoindre...

 

À bientôt...

Patrick Courtois

 


Vous recevez ce message parce que vous êtes inscrit(e) sur www.infodyslexie.org.

Voir la lettre en ligne  Inviter un(e) ami(e)

Gérer mon inscription  - Désinscription immédiate  

logo DDAILes services professionnels décrits comme Davis®, Correction de la Dyslexie Davis®, Maîtrise des Symboles Davis®, Conseil d'Orientation Davis®, et Maîtrise des Maths Davis® ne peuvent être fournis que par des personnes employées par un Spécialiste Davis certifié ou qui sont formées et certifiées/agréées en tant que Facilitateurs Davis par la Davis Dyslexia Association International.